Maison d'Église Saint-Maximilien-Kolbe

5 rue Auguste Perret - 92500 Rueil-Malmaison - 01 47 16 72 79

Bienvenue à


maison d'Église du diocèse de Nanterre


Informations pratiques


Horaires d’accueil (hors vacances scolaires)
- lundi de 13h à 15h
- mardi de 11h à 15h
- jeudi de 9h30 à 14h

L’oratoire est ouvert aux heures d’accueil.

Où nous trouver ?
5 rue Auguste Perret
92500 Rueil-Malmaison
01 47 16 72 79
stmax chez rueil.diocese92.fr
Nous contacter

PLAN (parking Claude Monet : 27 rue Guy de Maupassant)
RER A – arrêt Rueil-Malmaison
sortie rue des deux gares


Qu’est-ce qu’une Maison d’Église ?


Les Maisons d’Église sont une initiative du diocèse de Nanterre. Ouvertes à tous, elles présentent un nouveau visage de l’Église. Elles s’implantent au cœur des nouveaux bassins de vie que sont les grands éco quartiers ou pôles d’activités, pour mieux répondre aux besoins du monde d’aujourd’hui.

Elles veulent être à la fois des lieux de mission et des lieux de service rendus à la société, et cherchent ainsi à rejoindre nos contemporains sur des thématiques précises.

La Maison d’Église Saint-Maximilien-Kolbe a ouvert à Rueil-sur-Seine en 1995 dans le quartier d’affaires de Rueil-Malmaison. Il s’agissait pour l’Église d’offrir à ce quartier un lieu de halte, un espace de rencontres, un lieu pour "soigner l’intériorité" au cœur même des préoccupations du monde.

" En ouvrant de telles Maisons, comme autant de lieux de réflexion, d’accueil, de prière, de rencontre, d’art, à tous croyants ou non, catholiques ou chrétiens d’autres obédiences, l’Église diocésaine propose un service à la société dans son ensemble. Elle le fait au nom de l’expertise humaine et sociétale que lui ouvre sa foi en Jésus-Christ, sa Tradition et sa pratique de la rencontre et du discernement. Les Maisons d’Église sont certainement appelées à se développer dans les années à venir."
Père Alain Lotodé, vicaire épiscopal pour les Maisons d’Église du diocèse de Nanterre


Qui est saint Maximilien Kolbe ?


Le Père Maximilien Kolbe est né à Zdunska Wola, près de Lodz en Pologne, en janvier 1894.

• Entré en 1907 au séminaire des Franciscains Conventuels, il fut envoyé à Rome pour y poursuivre ses études ecclésiastiques.

• Alors qu’il était encore étudiant, il fonda avec quelques frères la MISSION DE L’IMMACULÉE en vue de sanctifier le monde entier avec l’aide de la Vierge Immaculée.

• Ordonné prêtre en 1918 et revenu en Pologne, il commença son apostolat à l’aide d’une revue, ’ Le Chevalier de l’Immaculée ’.

• En 1927, il fonda un ’ Couvent-Maison d’édition ’ confié à Marie : Niepokalanów (Cité de l’Immaculée), centre de vie religieuse et de diverses formes d’apostolat, où plusieurs centaines de religieux vivaient dans une pauvreté de vie vraiment franciscaine, mais travaillaient sur les machines les plus perfectionnées.

• Désireux de communiquer l’amour de l’Immaculée à tous, il partit pour le Japon, où il fonda une institution semblable (Mugenzai no Sono).

• De retour en Pologne en 1936, il fut emprisonné pour la première fois en 1939 par les allemands.

Arrêté définitivement le 17 février 1941, il fut enfermé dans le camp d’Auschwitz. Il y vécut parmi les privations et les persécutions, illuminant de foi, d’espérance et de charité ce lieu de mort et de haine, jusqu’au jour où il s’offrit pour mourir dans le bunker de la faim à la place d’un père de famille.

Après avoir soutenu tous ses compagnons, il fut tué par une injection de phénol le 14 août 1941. Son corps fut brûlé au four crématoire le lendemain, fête de l’Assomption.

• Paul VI l’a déclaré ’ bienheureux ’ le 17 octobre 1971.

• Jean-Paul II l’a déclaré ’ saint ’, comme martyr, le 10 octobre 1982.

Ce même pape a présenté plusieurs fois saint Maximilien comme protecteur de ce siècle difficile, parce que toute sa vie fut marquée par un profond esprit missionnaire. En effet, le Mouvement qu’il a fondé (la Mission de l’Immaculée) n’a d’autre but que de ’ rendre au Christ le monde entier par l’Immaculée ’, et toute son œuvre éditoriale et journalistique ne visait qu’à permettre au plus grand nombre possible de personnes de redécouvrir leur mission de baptisés dans le monde.

Jean-Paul II l’a aussi voulu comme exemple pour notre société à cause du témoignage héroïque de sérénité et d’amour qu’il a vécu aux heures les plus sombres de la barbarie destructrice.

Seul l’amour est une force de création ’, disait saint Maximilien à ses compagnons de malheur, les invitant par là à faire face à la haine avec la force de l’amour.
Jésus n’avait-il pas dit : ’ Il n’ y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime ’ ?

Biographie du site « mission de l’Immaculée »